Une étude identifie des moins de 30 ans réceptifs à la MTC

Une étude identifie des moins de 30 ans réceptifs à la MTC

Les jeunes adultes de moins de 30 ans paraissent peu concernés par les quelques 6 millions d’actes en MTC (médecine traditionnelle chinoise) pratiqués chaque année en France. En revanche, ils sont des consommateurs digitaux aguerris et contribueront fortement à l’explosion attendue de la santé mobile (ou m-Health) des prochaines années.

Nous relatons dans ce nouvel article les résultats de l’étude menée par Chiara Soule, Samanta Leroy et Sarah Laakili* dans le cadre du Master Marketing et Business Development, de l’Institut Montpellier Management, dirigé par Karine Garcia et Estelle Pellegrin-Boucher. Après la réalisation de 14 entretiens ciblés, l’étude par questionnaire a concerné 82 jeunes adultes entre 18 et 30 ans dont 75% de femmes. L’étude montre des jeunes réceptifs à l’expérience offerte par la MTC, notamment pour sa dimension « naturelle » et ses vertus en matière de traitement du stress ou des troubles du sommeil. Alors que la digitalisation parait incontournable pour capter leur attention, le prix constitue un réel frein à leur passage à l’acte.

Un consommateur « expérientiel » ouvert à la découverte

« Pourquoi pas ! Moi je suis ouvert à toutes découvertes, ça peut être une nouvelle expérience intéressante à vivre. »

Jason durant un entretien

Parmi les jeunes adultes de 18 à 30 ans interrogés, seuls 26,8% d’entre eux déclarent connaître la MTC et 8,5% avoir consulté un praticien. En revanche, parmi ceux n’ayant jamais consulté, 64% se déclarent prêt à essayer. La raison de cette curiosité pourrait bien résider dans l’expérience que procurerait la MTC à un jeune occidental.

Nous sommes entrés dans une économie que Joseph Pine et James Gilmore qualifient « de l’expérience » consistant à faire vivre aux consommateurs des expériences singulières. Pas étonnant alors que 97.5% des jeunes répondants trouvent la MTC intéressante (après avoir lu une courte définition des pratique) et que 73% d’entre eux se déclarent « curieux à l’égard de ce type de médecine ».

Concernant le passage à l’acte, si plus de 30% se disent « prêt à essayer », 40% seront attentifs à cette médecine lors des prochaines années. Par quel moyen la MTC peut-elle parvenir à capter leur attention ?

S’autoriser à découvrir… à condition d’entendre parler des bienfaits

Même si la majorité des jeunes adultes ont entendu parler de cette médecine, le manque de reconnaissance de ses bienfaits reste le principal frein à son recours. Parmi les bienfaits qui les inciteraient à se tourner vers la MTC figurent l’approche naturelle en tête, suivie par la réduction du stress et celle de la douleur.

A la question plus directe du recours à la MTC pour soigner un trouble ou une pathologie particulière :

  • 72% y auraient recours pour réduire leur stress
  • 55% pour des troubles du sommeil
  • 50% pour des problèmes dermatologiques

Le passage d’une vie étudiante à la vie professionnelle n’est pas facile d’autant plus que l’environnement de travail est source de stress. L’enquête 2019 d’Opinion Way sur la santé des étudiants français confirme que si 89% d’entre eux déclarent subir au moins une période de stress au cours d’une année, 31% déclarent être tout le temps stressé. Il en ressort d’ailleurs que parmi les 55% déclarant des troubles du sommeil, une large majorité les associent au stress. A noter également que le phénomène d’addiction aux jeux conduisant à réduire le temps de sommeil ouvre des perspectives d’accompagnement pour le MTC.

A noter que le principal frein à la consultation n’est pas la peur de l’aiguille mais du prix.

La digitalisation incontournable pour des jeunes plus sensibles à la pharmacopée

Si la France reste en retard en matière de santé mobile, celui-ci ne concerne en aucun cas les moins de 30 ans. En effet, alors que 95% des sondés prennent leurs rendez-vous médicaux par téléphone, 58% sont coutumiers de plateformes digitales. L’autre utilité de ces plateformes réside dans l’accès aux avis de pairs. 34% des sondés déclarent faire attention aux avis surtout lorsqu’ils prennent rendez-vous avec un nouveau praticien.

Lorsque l’on demande aux sondés de choisir, dans une liste exhaustive, la pratique qu’ils pourraient rechercher via une plateforme digitale en MTC, 50% choisissent la pharmacopée, 39% l’acupuncture et 29% la diététique. La diététique intéresse donc lorsque celle-ci est suggérée, preuve en est qu’elle n’est pas spontanément associée à de la MTC alors qu’elle bénéficie d’un attrait particulier auprès de ce public. En effet, si l’INSERM montre que l’obésité frappe 17% des adultes en France, c’est chez les plus jeunes que la maladie progresse dangereusement.

Parmi les moyens de communication qui leur ont permis de connaitre les pratiques en MTC les articles, notamment via les réseaux sociaux, arrivent en première position, suivi des forums de discussion puis de l’entourage. Alors que la totalité des sondés se rend quotidiennement sur les réseaux sociaux, 95% d’entre eux confirment que c’est bel et bien à travers ces médias qu’ils s’attendent à recevoir de l’information sur les bienfaits de la MTC.

KIWAY

La plateforme en MTC pour et par les praticiens

Rejoignez la communauté de praticiens et participez à la création de la plateforme en partageant vos besoins et vos idées !

Julien Granata

Dr Julien Granata est Enseignant-chercheur - Membre du laboratoire Montpellier Recherche en Management - Coach Professionnel Certifié - Instructeur de méditation

Cet article a 1 commentaire

Les commentaires sont fermés.