Méditation d’hiver pour intérioriser son Qi

Méditation d’hiver pour intérioriser son Qi

Les principes du Dao rappellent que l’être humain reste régi par les lois d’un univers harmonieux dont il fait partie intégrante. Nous devons ainsi harmoniser nos propres souffles avec ceux de la saison pour rester en bonne santé (1). L’hiver chinois a débuté le 14 novembre entraînant des variations du Qi (d’énergie) que le corps doit réguler. Pour ce faire, nous possédons tous les atouts avec notre souffle et notre pleine conscience.

Pleinement conscient du besoin de se préserver

L’hiver il fait froid, l‘obscurité est plus présente avec les nuages qui obstruent la lumière ou la nuit qui tombe plus vite et dure plus longtemps. Il convient de thésauriser, soit d’accumuler de l’énergie en évitant de la gaspiller dans d’inutiles dépenses.

Le Wuxing rappelle la nécessité d’équilibrer les souffles et l’excès de Yin de l’hiver appelle la tempérance. Le Qi doit s’intérioriser pour sa conservation. Afin de se conformer aux souffles de l’hiver, il s’agit donc de se préserver, tourné vers soi, simplement occupé à se posséder comme pour prendre racine avant de préparer un nouveau printemps. On cherche ainsi le germe d’un recommencement. L’hiver est la saison des Reins, protecteurs de l’énergie ancestrale, qui sont la racine de l’élément Eau dans l’Homme.

Le Yin “pur” se trouve au niveau des reins, véritables “batteries de l’organisme” (2), qui agit comme une énergie de réserve sans lequel le Yang s’échapperait. En captant l’énergie extérieure pour l’orienter vers l’intérieur, par la respiration et la conscience, les exercices internes permettent de stocker de l’énergie et d’équilibrer le Yin et le Yang.

Une méditation pour intérioriser le Qi et nourrir les reins

Asseyez-vous confortablement sur une chaise en adoptant une posture de méditation. Soyez simplement occupé à être présent, attentif à vous-même, attentif à vous posséder.

Portez votre attention sur votre respiration sans chercher à la diriger. Suivez simplement son rythme naturel et son amplitude. Observez le trajet de l’air pénétrer vos poumons qui se gonflent, puis descendre dans votre ventre qui se gonfle à son tour avant de se dégonfler. Au fur et à mesure de l’observation, une respiration naturelle s’installe, ni trop lente, ni trop rapide.

Observez votre corps. Ressentez l’ensemble des déséquilibres subtils provoqués par le simple fait de respirer. Sentez votre torse se gonfler puis se dégonfler, entraînant un léger balancier de votre colonne vertébrale, de légers mouvements de votre tête. Sentez vos pieds prendre racine dans le sol. Vos racines maintiennent votre équilibre. Aidez-vous de l’inspiration pour étirer légèrement votre colonne vertébrale et de l’expiration pour renforcer votre stabilité.

A présent que votre assise est stable et que votre colonne vertébrale est élancée, imaginez une ligne droite traversant votre dos depuis votre coccyx jusqu’au sommet de votre crâne. Visualisez cette ligne comme un fil qui vous relie au ciel. Imaginez que ce fil atteigne le soleil. Imaginez que l’énergie du soleil emprunte ce fil pour descendre jusqu’à votre crâne. Ressentez sa chaleur sur le sommet de votre tête.

Au fur et à mesure des inspirations, ressentez votre corps se nourrir de l’énergie du soleil. Au fur et à mesure des expirations, ressentez cette énergie emprunter le fil pour descendre dans votre visage, puis votre cou, puis votre torse, puis votre ventre…

Visualisez cette énergie qui a peut-être une couleur. Regardez votre corps changer de couleur au fur et à mesure qu’elle se répand dans vos bras, dans vos jambes, jusqu’à atteindre les extrémités des doigts, jusqu’à ce que l’énergie se soit répandue dans tout le corps, jusqu’à ce que vous ressentiez ses picotements ou la sensation de chaleur qu’elle vous procure.

Maintenant que vous êtes nourri de l’énergie du soleil, portez votre attention sur le bas de votre dos, sur vos reins. Imaginez-vous diriger toute l’énergie accumulée vers vos reins. Aidez-vous de votre respiration pour diriger l’énergie. C’est comme si chaque inspiration facilitait la circulation de l’énergie et que chaque expiration permettait de tout ramener dans vos reins. Chaque respiration vous aide à stocker l’énergie dans cette partie de votre corps. Ressentez la chaleur stockée dans vos reins. Portez longuement votre attention sur cette source d’énergie intériorisée.

Contentez-vous d’être présent et de respirer quelques minutes avant de vous étirer complètement sur une expiration avant de vous mouvoir.”

KIWAY

La plateforme en MTC pour et par les praticiens

(1) Kespi (2002), Médecine Traditionnelle Chinoise : L’homme et ses symboles, Albin Michel.

(2) Pelissier (1995), Secrets de centenaires : Principes de Médecine Traditionnelle Chinoise pour une longue et heureuse vie.

Julien Granata

Dr Julien Granata est Enseignant-chercheur - Membre du laboratoire Montpellier Recherche en Management - Coach Professionnel Certifié - Instructeur de méditation